TĂȘte Defense

France Go Full Screen

Un nouvel horizon

Il s'agit de construire sur l'horizon. L'horizon d'une des perspectives les plus universellement connues. La tentation de s'effacer est grande, mais la Défense est construite. Ses tours entourent le profil de l'Arc de Triomphe de l'Etoile et, au centre, le vide devient artificiel, signe d'impuissance, d'incapacité à poser un jalon représentant l'architecture de ce siècle.
Il s'agit de mettre une touche finale à un ensemble architectural construit, parfaitement délimité par le boulevard circulaire. Que peut-on attendre de ce point final? un éclaircissement ? un renversement de sens ?
Il s'agit de construire le Centre international de la communication, lieu fréquenté à la fois comme un musée, comme une banque de données et comme un espace ludique qui (se) donne à voir, fête de l'oeil sur fond d'actualité et d'interférences internationales.
Mais, il s'agit aussi de construire deux ministères, lieux de travail pour des milliers de personnes qui symbolisera une attitude culturelle et politique pour le monde du travail tertiaire, qui marquera une évolution face à la conception déjà formulée dans les tours déjà construites.
Le thème : L'horizon. Nous ne construisons pas à l'horizon. Sur l'horizon. Nous construisons l'horizon. Un horizon fait de ciel, de lumière, de soleil couchant, un horizon changeant, variable selon le temps, la distance, la conscience, le regard.
Il s'agit de fondu-enchaîné, de surimpression, de texture, de fond. Une trame carrée, fine abstraite matérialise le lointain. Depuis le Carrousel et les Tuileries, le ciel sous l'Arc de Triomphe est tissé régulièrement. Il s'agit d'une mise au carreau du paysage.
Toile de fond qui n'arrive pas à cacher, à couvrir son arrière-banlieue. Qu'y a-t-il derrière le ciel ? Les nuages vont-ils se décomposer au rythme de l'architecture ? Le soleil et les nuages sont des formes figuratives lointaines, inaccessibles : elles appartiennent au réel mais à un réel impalpable. Leur texture nous est visuellement inconnue. Et pourtant ici, ils deviennent construits, décomposés puis assemblés. Il n'est pas possible de les dissocier de la toile à laquelle ils appartiennent. Mais les fils de la trame sont difficiles à suivre. Plus ils se rapprochent de l'horizon plus ils sont immatériels. Ils sont même gommés par endroit, comme un trait effacé par le temps, par l'altitude, par les nuages qui seraient devant au lieu d'être derrière. Ce dégradé renforce l'indissociabilité du support géométrique abstrait et précis et du sujet aléatoire figuratif et flou.
L'horizon est construit. L'horizon est variable.

STATUT Concours International Tête Défense, projet classé second
LIEU La Défense, Paris
DATE Mars 1983
SURFACE UTILE 150 000 m2
PROGRAMME Centre International de la Communication Ministère de l’Urbanisme et du Logement
MAÎTRISE D'OUVRAGE E.P.A.D.
EQUIPE ARCHITECTURALE
Jean Nouvel, Pierre Soria, Jean-Marc Ibos, Didier Laroque, Architecture Studio
MAQUETTE Jacques Fiore
PHOTOS Gaston Bergeret