Centre éducatif, culturel et de loisirs

Koweït Go Full Screen

Le jardin des lumières

Il est des quartiers qui font l’image des villes. Celui-ci en est un : Koweït City ne laissera pas le même souvenir après l’édification de ce jardin des lumières. Jardin urbain. Jardin des mille et une lumières. Jardin des ombres mouvantes. Jardin des contrastes entre les végétations et les images, entre les reflets de ces images et les profondeurs vertes. Lieu de fraîcheur jouant de ses fontaines et de l’ambiguïté entre l’intérieur et l’extérieur : l’essentiel des façades est constitué de grands modules de verre clair allant du sol au plafond (sans menuiserie métallique lisible) ; ce sont des rideaux de verre, des murs virtuels entre les terrasses et les jardins, entre les extérieurs et les intérieurs, l’ambiguïté est entretenue par la présence de végétal et le plus souvent possible par la même nature de sol des deux cotés du verre.
Le jardin des lumières allongera sa façade transparente, sa vitrine urbaine sur près d’un kilomètre. Façade d’images, images des arbres sablés sur le verre, images d’annonces liées au cinéma, au programme du centre de congrès et aux expositions, façade transparente protégeant du bruit  jardins et terrasses qui le soir accueilleront les clients des bars et des restaurants. C’est le quartier où l’on donnera ses rendez-vous pour le spectacle pour l’avant et l’après spectacle pour les déjeuners et dîners de toute nature. Un bar restaurant terrasse sera belvédère et permettra de lire le skyline de Koweït City. Il sera éclairé par une grande image écran qui tournera lentement telle un radar. D’autres écrans tournants existent dans le jardin et sur les terrasses, écrans miroirs, écrans de lumières colorées.
En fait le jardin est composé comme une succession de jardins qui se répètent à différents niveaux, le parking accueille déjà le paysage mais aussi un peu plus haut l’espace des bars restaurants, cinémas (avec une grande place urbaine appelée place des écrans), protégée du soleil et de trop de lumière par une ombrella. Mais aussi les terrasses liées aux expositions, mais aussi les toitures accueillent fleurs et palmiers, les plantations sur tous les niveaux créent un effet de profusion, d’accumulation.
Les mille lumières sont à la fois des images abstraites ou figuratives, éclairées ou auto éclairantes, comme de grandes diapositives, telles ces immenses photographies qui dominent ces immeubles de Tokyo. Ces images peuvent plus rarement être dynamique par de grands écrans vidéos (leds) lisibles de jour et de nuit. Ces images ont une fonction symbolique ou publicitaire et elles sont mélangées à d’autres de nature purement artistique. Grands dessins lumineux faits de néons dans les arbres, grands textes défilant sur la longueur des terrasses et des immeubles. Une nouvelle poétique née de la rencontre et de l’interférence du signe lumineux, électrique ou électronique et du végétal, de la dissimulation de l’un par l’autre.
L’identité se créée par les singularités, la culture d’une époque s’invente au fur et à mesure. Le jardin des lumières a aussi pour but d’inventer une image d’identification de Koweït City aux yeux du monde.
Jean Nouvel

STATUT Non réalisé. 2004
ADRESSE Koweït City, Koweït
MAITRISE D'OUVRAGE 
United Real Estate Co.
MAITRISE D’ŒUVRE Jean NOUVEL - Ateliers JEAN NOUVEL
ARCHITECTES LOCAUX SSH Architects and Engineers, Kuwait City, Kuwait
CHEF DE PROJET 
Emmanuel BLAMONT
ARCHITECTES 
Brian WAIT, Marie-Hélène BALDRAN, Florence RABIET Eric MARIA esquisse), Nabila ZERROUKI, Salwa MIKOU, Andrew HARTNESS, Soni DEVABAKTUNI, Arnaud DUPONT
GRAPHISME 
Natalie SACCU DE FRANCHI, Eugénie ROBERT
FILM Ignazio MOTTOLA
TYPE DE MISSION Concours, projet lauréat
PROGRAMME : Centre de conférences, école de technologie, salles de jeux, restaurants, multiplexe cinéma, piste de patin à glace, bowling, parc public, parking
SURFACE SHOB 130 000 m²