Communiqué : Jean Nouvel explique pourquoi il n'a pas assisté à l'ouverture de la Philharmonie de Paris

France Go Full Screen

Communiqué

De nombreux articles parus récemment dans la presse et des reportages diffusés à la télévision font un lien direct entre les dépassements du budget global de la Philharmonie de Paris et de prétendues modifications du projet qui me sont attribuées. Ces accusations sont infondées et me portent un grave préjudice ainsi qu'à la société Ateliers Jean Nouvel. Je ne saurai tolérer que des propos mensongers, diffamatoires ou dénigrants soient tenus à mon égard.
Je tiens à affirmer qu'en aucun cas je n’ai été à l'origine d'un quelconque dépassement de budget sur ce projet. Le rapport public de la Cour des comptes de février 2012 évoque un « pilotage médiocre », « de nombreux retards liés aux fluctuations des arbitrages publics » qui ont « évidemment influé sur le coût d'objectif de l'opération ». Le rapport public du Sénat du 17 octobre 2012 évoque un « coût initial sous-estimé » avant le lancement du concours et précise les principales raisons d'un dépassement qui me sont étrangères. Entre autres : des « dépenses de maîtrise d'ouvrage », les « achats de premier équipement », des frais d'«interface site », des « frais d'honoraires », « d'assurances », des « taxes », des « répercussions de révisions de prix », des conditions d'appels d'offres « chaotiques », « passés dans des conditions juridiques douteuses » et qui n'ont pas « favorisé la baisse des coûts ». Par ailleurs, des surfaces complémentaires ont été ajoutées par la Philharmonie de Paris.
Aujourd’hui, la Philharmonie ouvre. Trop tôt. Sans que le bâtiment soit achevé, sans tests acoustiques de la salle, selon un planning qui ne permet pas de respecter les exigences architecturales et techniques. Contre tous les avis que j’ai pu émettre depuis 2013.
En septembre 2013, dans les colonnes de Vanity Fair, Pierre Boulez déclarait pourtant : « Il faudra bien roder la salle, la faire tester par des orchestres pour régler l’acoustique. Inutile de commencer trop tôt. Au printemps 2015, en fin de saison, on ferait venir les plus grands orchestres du monde pour des concerts exceptionnels mais à des prix réduits. La vraie saison débuterait en septembre avec l’Orchestre de Paris ». A quelques heures de la soirée d’ouverture, affirmons, comme le suggérait Pierre Boulez, que la Philharmonie de Paris est en rodage. Quand le chantier sera achevé, à l’automne, il sera temps de l’inaugurer sereinement et dignement.
Jean Nouvel