Salle symphonique de la Radio danoise

Danemark Go Full Screen

Construire dans un quartier en devenir est un risque. Risque qui s'est souvent avéré fatal ces dernières décennies. Il n'est pas raisonnable de s'appuyer sur un environnement construit dont on ne peut pas évaluer le potentiel d'urbanité. Il faut raisonner en sens inverse : quelles qualités peut-on apporter à ce futur urbain incertain? Comment peut-on, dans le pire des cas, c'est à dire presque seul, exister dans de bonnes conditions? Au futur incertain, on ne peut répondre que par la force positive de l'incertitude : le mystère. Le mystère qui n'est jamais loin de la séduction, donc de l'attractivité. Et si le voisinage est trop neutre, il faut créer une transition, une distanciation qui n'est en aucun cas un repli sur soi mais simplement la mise en place des conditions d'épanouissement d'un territoire particulier. Bref, il faut valoriser le contexte, quel qu'il soit. Pour cela, il faut affirmer a priori une présence, une identité. Je propose de matérialiser le territoire et de lui donner l'échelle d'un équipement urbain exceptionnel. Ceci dans le respect de la géométrie urbaine programmée. Ce sera un volume laissant deviner une intériorité, un parallélépipède mystérieux, changeant selon les lumières de la nuit et du jour. La nuit ce volume deviendra lieu d'images, de couleurs, de lumières, expressions d'une vie intérieure intense.

L'intérieur est un monde en soi, complexe, diversifié. Une rue intérieure suit le canal urbain, accompagné de commerces, envahie par un bar restaurant. Une place couverte la domine, grand volume vide sous les écailles de bois de la salle de concert. C'est un monde de contrastes, de surprises, un dédale spatial, un paysage intérieur. D'un côté, le monde des musiciens autour de cours et de terrasses extérieures diversement plantées. De l'autre, des espaces publics intérieurs piranésiens reliant les diverses salles de musique, le restaurant, la rue. L'abstraction est envahie par la figuration. Le permanent est complété par l'éphémère. Les façades sont des filtres légers laissant voir la ville au lointain, le canal, les architectures voisines. La nuit, ces façades sont aussi supports d'images colorées projetées. L'architecture s'affirme par les détails, les portes, les éclairages, les plafonds, les escaliers… attentions, preuves du respect porté aux visiteurs, aux spectateurs, aux artistes. Chaque lieu devient une découverte, chaque détail une invention. Leçon retenue d'une certaine architecture qu'il ne faut pas oublier, hommages discrets à messieurs Theodor Lauritzen et Hans Scharoun… l'architecture c'est comme la musique, c'est fait pour émouvoir et savourer certains plaisirs.

Jean Nouvel

STATUT construit
LIEU Copehnague, Danemark
DATES
CONCOURS Janvier 2002
ETUDES Avril 2002 / Août 2004
REALISATION Juin 2003 / Janvier 2009
MAÎTRISE D'OUVRAGE DR : Denmarks Radio
TYPE DE MISSION Concours sur invitation, projet lauréat
PROGRAMME 
Salle de concert (Studio 1) : 1800 places / 25 000 m3
Studio musique orchestrale (Studio 2) : 550 places / 7000 m3
Studio musique rythmique (Studio 3) : 350 places / 5000 m3
Studio des chœurs (Studio 4) : 350 places / 7000 m3
Foyer et Restaurant: 2600 m2 / 400 m2
Bureaux de Radio Rhythmic, Radio Classic, DR ensembles & bibliothèque d'enregistrement : 300 salariés / 2700 m2
Infrastructure de la production décentralisée (1 studio multi, 4 salles de production, 5 studios automatiques, 6 studios d'enregistrement, etc..)
SURFACE UTILE 25 000 m2
EQUIPE ARCHITECTURALE
Conseiller auprès de Jean Nouvel: Olivier Boissière, Hubert Tonka
Partenaire: Stefan Zopp (Etudes / Réalisation)
Chef de projet: Frédérique Monjanel (Concours), Brigitte Métra (APS)
Plasticien lumière:Yann Kersalé
Peintures, couleurs, interventions artistiques: Alain Bony et Henri Labiole
ARCHITECTES
REALISATION
Michel Calzada, Lotte Adolph, Mitzi Vestergaard, Mette Lyng Hansen, Jolanta Maria Skowronska, Daniel Cajzer, Michal Treder, Mireia Sala Fonte, Charlotte Kihm-Moyer, Abel Patacho, Erich Gerlach, Anna Devigili, Sarah Hearne, Anke Ropertz, Ludovica Barassi, Elena Rojas Danielsen, Sofie Falkentorp, Lorenzo Parrot, Pil Thielst, Michael Giger, Sabine Furger
ETUDES 
Eric Nespoulous, Abdel Hafid Rakem, Olivier Davenier, Mathieu Forest, Marta Grzadziel, Pierre Truong, Claude Godefroy, Cyril Desroche, Toshihiro Kubota, Mette Lyng Hansen, Sophie Gramatica, Lotte Adolph, Charles Bessard, Dan Dorell, Michel Calzada, Mitzi Vestergaard, Gilles Charrier
CONCOURS 
Olivier Davenier, Antoine Bordenave, Alexandre Dumoulin, Mathieu Forest, Marta Grzadziel, Toshihiro Kubota, Philippe Papy, Mitzi Vestergaard. Mickael Zeichardt
GRAPHISME Natalie Saccu de Franchi, Marie Maillard, Eugénie Robert
AMENAGEMENT RESTAURANT, MOBILIER FOYER, FAUTEUIL SALLE DE CONCERT
JEAN NOUVEL DESIGN Sabrina Letourneur, Eric Nespoulous, Arnaud Lapierre, Jeremy Lebarillec, Bertrand Voiron, Jennifer Kandel
INGENIEURS
STRUCTURE
 Terrell International S.A.S., Niras
GENIE CLIMATIQUE
 Flack + Kurtz (UK) Ltd., Terrell International S.A.S, Niras
CONSULTANTS
ACOUSTIQUE

NAGATA Acoustics INC (Yasuhisa Toyota / Motoo Komoda)
SCENOGRAPHIE

Jacques Le Marquet, Ducks (Michel Cova)
SIGNALETIQUE L’Autobus Impérial, Paris
HQE Pierre Lefèvre
ECONOMIE Davis London Economie, Niras
INGENIEUR CIVIL Niras
‚Äč
ARCHITECTE LOCAL Niels Fuglsang A/S